Améliorer Santé et Performance via le Pouvoir des Habitudes

L’état de santé est le socle de la performance athlétique, certainement pas le programme d’entraînement. Si vous comptez me faire changer d’avis, armez-vous d’arguments scientifiques ou empiriques solides et préparez-vous à débattre longuement…

Santé, entraînement et performance

Certes l’environnement, les qualités techniques, tactiques et cognitives, le stress vont grandement influencer la performance, mais si l’on s’en tient au côté physique de la chose, le cheminement est simple :

Hygiène de vie en adéquation avec le statut de sportif => Etat de santé optimisé => Capacité de récupération améliorée => Tolérance à la charge d’entraînement accrue => Capacités physiques améliorées => Performance.

Il est souvent avancé que 90% de la récupération physique et mentale est assurée par le sommeil et la nutrition/hydratation, même si la précision de cette donnée est invérifiable, nous sommes certains de deux choses : ce sont largement les deux facteurs les plus influents sur la qualité de la récupération, et s’ils ne sont pas optimisés, il est impossible d’utiliser la plénitude de ses moyens.

Donc quel que soit le nombre d’heures passées en cryothérapie, balnéothérapie, caisson hyperbare, avec des vêtements de compression, sur des étirements, dans un sauna infra-rouge, en récupération active, sous les doigts d’un(e) masseur(se), sur un rouleau d’auto-massage, en cours de yoga ou à utiliser le dernier gadget à la mode… si vous n’optimisez pas le sommeil, la nutrition et l’hydratation vous ne serez jamais à 100% de vos moyens physiques et intellectuels.

Une récente étude a démontré qu’un athlète dormant en moyenne moins de 8h par nuit a 1.7 fois plus de chance de se blesser. Ceci me pousse à penser (et je ne suis heureusement pas le seul) que 90% des blessures sont dues à une mauvaise hygiène de vie et au stress environnemental, non à des charges de travail trop élevées, et je ne parle pas des contre-performances…

Ainsi, si l’athlète améliore son hygiène de vie en dehors des entraînements, sa capacité de travail et sa tolérance aux charges d’entrainement seront plus élevées. Dans le cas contraire, l’athlète sera toujours à la merci des blessures, des contre-performances, et d’un rendement alternatif. Améliorer sa condition physique aura indirectement un effet positif sur le stress, car un athlète régulièrement en pleine possession de ses moyens aura moins de doutes quant à sa capacité à performer physiquement en compétition.

Malheureusement trop peu d’athlètes en sont conscients, et beaucoup d’entre eux passent à côté de solides performances à cause d’une santé défaillante, résultante d’une hygiène de vie douteuse (nutrition, sommeil, alcool, tabac…).

Le pouvoir des habitudes

Le pouvoir des habitudes est à mon sens la chose la plus puissante qui existe au monde pour améliorer sa santé, et pour cela nous disposons de deux options :

  • Intégrer de nouvelles habitudes petit à petit pour des résultats sur le long terme en agissant selon la philosophie japonaise du Kaizen
  • Changer un maximum de choses à la fois pour des résultats à plus court terme

Le choix de l’option dépendra :

  • de l’importance que représente l’objectif à vos yeux
  • de ce qui vous motive
  • de ce que vous aimez le plus (exemple : regarder Jour de Rugby jusqu’à minuit ou me coucher tôt pour être en excellente forme physique et mentale le jour de mon match).

Quoi qu’il en soit, le choix est de votre responsabilité à 100%.

Eat Sleep Train Repeat

Lectures conseillées :

Le pouvoir des habitudes – Charles Duhigg

Habit formation : The 21-day myth – Jason Selk – www.forbes.com

How are habits formed : Modelling habit formation in the real world – Pillippa Lally et al.

Le mythe de la discipline – Charles Poliquin

Tools of Titans – Tim Ferriss

Fred Marcérou – 27 mars 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.